Le Males'Herbes



Le quartier des Hauts de Malesherbes est situé à l'Ouest de Paris dans le 17ème arrondissement, encadré par l’avenue de la Porte d’Asnières au sud et les voies ferrées de la gare Saint-Lazare au nord, le boulevard du Maréchal Berthier à l’est et le périphérique à l’ouest.

Le quartier est conçu autour d’un jardin central de 6.000 m2, Claire Motte, érigé au début des années 2000 pour l’essentiel, 22 bâtiments d’habitation ordonnés en 2 rangées en quinconce, en forme de U.




Quoique tout neuf à ce jour, le quartier des « Hauts de Malesherbes » s’inscrit dans l’histoire de Paris par la présence d’une partie du parapet du mur d’enceinte de Thiers et par la présence de l’annexe de l’Opéra Comique, un bâtiment dédié aux répétitions de différents orchestres.

« Les Hauts de Malesherbes » est un quartier socialement mixte, voulu comme telle par les pouvoirs publics. Des immeubles en pleine propriété et des immeubles de bailleurs sociaux y coexistent. 

En outre, on y trouve également une crèche, une école primaire, un collège, une boulangerie, une épicerie, un éditeur, un magasin d’articles de Golf et un Espace Jeunes. 

Toutefois, la mixité sociale voulue dans les Hauts de Malesherbes n’a pas été stimulée, accompagnée par les pouvoirs publics en créant une maison de quartier où les habitants puissent se retrouver, se rencontrer et se connaître. 

C’est pourquoi, les habitants ont décidé de mettre en œuvre/en marche cette mixité sociale en créant L’ASSOCIATION DES HAUTS DE MALESHERBES au mois d’avril 2012 composée de locataires sociaux, locataires privés et propriétaires. 

L’objectif de l’Association des Hauts de Malesherbes est de réunir toutes les personnes manifestant ou ayant un intérêt pour une vie harmonieuse, solidaire et conviviale dans le quartier, que ces personnes soient des locataires ou des propriétaires ou également des personnes qui travaillent dans les commerces de proximité du quartier. 

Dans cette perspective, l’Association des Hauts de Malesherbes a mis en place de nombreuses activités et manifestations pour créer un lien solidaire et convivial entre les habitants. 

La création d’un jardin partagé est un sujet récurrent que l’on retrouve dans tous les entretiens entre les habitants dans la mesure où il existe une bande de terre (Voie BP 17) d’une longueur de 270 m et d’une largeur de 10 m, totalement abandonnée et qui sert de « déchèterie » en plein air (photographies en fin de dossier).


Ce terrain longe la rue Albert Roussel, allant du Boulevard Berthier (60) au boulevard Fort de Vaux (1). Références cadastrales : BZ 41, BZ 72, BZ 87, CB 31 et CB 35.






                       
Le long des immeubles privés et RIVP                         Le long des immeubles de Paris Habitat

           C’est tout naturellement que le nom du jardin partagé s’est imposé 
Le Males’Herbes    


LES OBJECTIFS DU Males’Herbes

- Renforcement des liens sociaux entre l’ensemble des habitants ; 
- Participation des habitants à l’aménagement de leur cadre de vie quotidien ; 
- Prise de conscience des écoliers et collégiens du respect de leur quartier ; 
- Solidarité avec les personnes en difficulté ; 
- Respect de l’environnement ; 
- Partage ; 
- Diversité des objectifs et des publics pour favoriser la mixité sociale, culturelle et générationnelle dans le quartier ; 
- Concertation impliquant les habitants, les futurs usagers, les intervenants sociaux, les élus, les techniciens, les associations ; 
- Gestion participative ; 
- Aménagement adapté aux différents usagers et aux spécificités du territoire ; 
- Animations valorisant la parole de chacun ; 
- Pratiques culturales favorisant la biodiversité (sauvage et domestique), gestion écologique de l’eau et des déchets ;
- Intégration paysagère reposant sur une qualité des aménagements et des constructions. 


Vue sur le boulevard Fort de Vaux








LA CHARTE DU Males’Herbes

Un jardin partagé est un jardin créé ou animé collectivement, ayant pour objet de développer des liens sociaux de proximité par le biais d’activités sociales, culturelles ou éducatives et étant accessibles au public. 

Un lien social
Le Males’Herbes s’inscrit totalement dans cette définition et a pour finalité de rompre l’anonymat, favoriser les rencontres et nouer des liens entre les habitants du quartier des Hauts de Malesherbes quel que soit leur âge, leur culture et leur milieu social. 

Le jardinage n'est pas forcément l'activité principale. Il en existe bien d’autres : des animations festives, éducatives, culturelles, artistiques et d’insertion seront proposées. 

Pique-nique, anniversaire, concert, apéro, repas et fête de quartier, café-jardin, cours de jardinage, expositions... il y en aura pour tous les goûts, tous les âges et tous les talents. Le Males’Herbes permet aussi de tisser des relations entre les différents lieux de vie : écoles, centres de loisirs, commerces... 

La mixité culturelle et sociale du quartier des Hauts de Malesherbes pourra s’exprimer en permettant à des jardiniers de faire pousser des variétés introuvables sur les marchés, ou des légumes cultivés dans leurs pays d’origine. Au-delà du goût, de la satisfaction de l’avoir cultivé soi-même, le potager peut apporter une reconnaissance vis-à-vis des autres. 

Un jardin écologique 
Ne pas utiliser de pesticides chimiques, récupérer l’eau de pluie, favoriser la biodiversité, composter, accueillir la faune... Le Males’Herbes participera pleinement à la préservation de l’écosystème urbain. 

En vivant au rythme du jardin, chacun prend conscience de son environnement et du respect qu’il lui doit. Bien évidemment, tous les jardiniers n’ont pas la fibre écologique, et il s’agit pour eux d’apprendre le savoir des anciens qui ne leur ont pas été légués. Ainsi, des ateliers ou des cours sur le jardinage écologique seront proposés et animés par certains habitants pour pallier l’inexpérience d’autres habitants.

LES USAGERS DU Males’Herbes

Le quartier des Hauts de Malesherbes comprend des locataires dans le parc privé et en logements sociaux, des propriétaires, des commerçants, une crèche, une école primaire, un collège, des associations. 

I - Le Males’Herbes accueille les enfants


Le Males’Herbes est un lieu pédagogique à destination de l’école du quartier (école Marguerite Long maternelle et élémentaire) mais aussi des habitants, du centre de loisir, de la crèche ainsi que du collège Boris Vian. On y apprendra à travailler la terre dans le respect de l’environnement (en respectant la charte Main Verte des jardins partagés). Le jardin a également la vocation de devenir un espace de détente – lieu de rencontres et d’échanges culturels – pour tous. 

L’Association Apprendre Ensemble, association de parents d’élèves de l’école Margueritte Long est totalement impliquée dans la création d’un jardin partagé dans le quartier et soutien Le Males’Herbes

II - Le Males’Herbes accueille les personnes âgées et à mobilité réduite



Le quartier des Hauts de Malesherbes a la chance de compter parmi ses habitants de nombreux retraités dont les connaissances et le savoir faire doivent être transmis aux plus jeunes.

Le Males’Herbes sera un lieu idéal de rencontres et d’échanges entre les « vieux » et les « jeunes ». Les uns ont beaucoup à apprendre des autres dans les 2 sens.

Il en est de même des personnes à mobilité réduite qui peuvent apporter une vision nouvelle du jardinage afin qu’un échange se formalise entre les habitants de toutes catégories.

Le Males’Herbes permettra de réaliser des rencontres riches en émotion entre des individus qui ne sont pas amenés à se rencontrer en dehors d’un jardin partagé.


III – Les étapes de création du Males’Herbes 

        1°). La viabilisation


Actuellement, une partie du terrain est en pleine terre et l’autre partie est aménagée avec du gravier. 

Lors du RDV du 16 novembre 2012, Main Verte a déclaré procéder à une recherche historique du site lors de son aménagement. 

L’Association des Hauts de Malesherbes souhaite qu'une recherche des polluants soit effectuée afin de rendre le sol sans danger et de procéder au comblement d’éventuelle excavation, nivellement du terrain. 

L’installation d’un compteur d’eau est nécessaire.

Etaient présents : Madame PREVOST pour Main Verte ; SEMAVIP ; Représentants des jardins de la Ville de Paris, Madame Gariel pour l'immeuble 12 rue Albert Roussel, Mesdames MBIIM et MEKALI pour l’Association des Hauts de Malesherbes.

    2°). L'aménagement
L'Association des Hauts de Malesherbes a besoin d’aide dans cette phase importante et fait les propositions suivantes :

- La partie en gravier doit être aménagée pour permettre la circulation des piétons mais également des fauteuils roulants pour les personnes à mobilité réduite ;
- La partie en terre, quant à elle, accueillera des parcelles classiques ;
- Sur la place Noureev, qui est bétonnée, nous envisageons de faire installer sur ce sol des parterres surélevés adaptés à la taille des enfants comme des adultes ; 







Place NOUREEV



- Quelques bancs et tables sont indispensables ;
- Un abri de jardin permettrait de ranger les outils ;
- Un autre abri plus grand permettrait de s'abriter et d'accueillir les groupes d'enfants de la crèche, de l’école et du collège (réaliser des animations...).
- Une arrivée d'eau doit être installée pour l'arrosage. 
  1. 3°). La préparation 

L’Association des Hauts de Malesherbes conclura une convention d'occupation avec la SEMAVIP ou la Ville de Paris, propriétaire du terrain.

L’Association des Hauts de Malesherbes gère le terrain et le futur jardin partagé. 

           4°). Le choix des Jardinier(e)s 

Pour pouvoir jardiner, il faut adhérer à l’Association des Hauts de Malesherbes : en effet, c’est elle qui paie une assurance et est en charge du bon fonctionnement du jardin. Si des décisions concernant le fonctionnement du jardin doivent être prises, les jardinier(e)s sont consultés.

Les parcelles et parterres sont attribués par tirage au sort pour une année (deux en l’absence de liste d’attente), du printemps à la fin de l’hiver.

L’Association des Hauts de Malesherbes veille à ce que la diversité de la population du quartier soit bien représentée.

Qui seront les jardinier(e)s ?

Nous souhaitons – c’est l’objet de notre association – rassembler les habitants du quartier en tenant compte de la diversité des âges, des origines géographiques et sociales.


Comment décider qui sera choisi ?
Il faut : 
-  lister les « populations »,
-  les informer pour appel à candidature
-  choisir parmi les candidats de chaque « population ».

Les « populations » sont :
-  enfants (cadre scolaire et/ou familial)
-  adolescents
-  adultes, déjà membres de l’association ou pas encore
-  résidences : personnes âgées, travailleurs ou non, handicapés.
-  les écoles (crèche, école Margueritte Long maternelle et primaire, centre de loisirs, collège Boris Vian)
-  Espace Jeunes

Une information à l’intention des passants est nécessaire :
-  la Mairie de Paris devra fournir un panneau qui, fixé à la clôture, explique le projet, à qui s’adresser pour jardiner, etc.
-  la Mairie du XVIIème pourrait publier nos informations dans ses supports (journal, internet...)
-  Blog de l'Association : http://leshautsdemalesherbes.blogspot.fr/
-  contacts personnels dans le quartier. 

Le choix
Il peut être fait par tirage au sort au sein de chaque catégorie.

Ne sachant pas encore combien de parcelles ou parterres surélevés seront aménagés, nous ne pouvons pas encore évaluer le nombre de jardinier(e)s. 

         5°). Le fonctionnement (Règlement du jardin)
    
Cultivé par plusieurs personnes, à des moments différents, un jardin collectif, qui plus est situé sur un espace public, a besoin d'un cadre pour fonctionner au bénéfice de tous les intervenants. Il faut donc un règlement, modifiable au besoin si la pratique l'exige.

Ce règlement sera rédigé une fois les différents agréments obtenus. 
  1. 6°). L’information    
Un tableau à destination des jardinier(e)s est utile : offre de graines ou plantes, messages divers. Celui-ci est par exemple installé dans l'abri de jardin. 


Il n’y a pas de flâneurs, promeneurs à proprement parlé en raison de l’emplacement du jardin, situé entre des habitations et la voie ferrée.









La bande de terre jouxtant la voie ferrée











Une personne dont la fonction est à préciser (animateur de jardin ou adulte-relais) pourrait être embauchée (à terme) pour faire le lien entre les différents types d'usagers, accueillir les enfants des écoles (Margueritte Long, Boris Vian) s'occuper des parties communes (abri de jardin, aire de jeux ou de repos), faire des animations l'hiver (fleurs séchées, histoires relatives aux plantes...).

Ceci représente à la fois des dépenses (subvention possible) et une gestion plus lourde pour l'association. Il faudra attendre au moins un an de fonctionnement du jardin pour mieux définir les besoins. 



         7°). Organisation du jardin    

Le jardin comprend : -  des parcelles en pleine terre (par exemple de 1m x 6m) divisables au besoin pour accueillir plus de jardinier(e)s) ;
-  des parterres surélevés là où se trouve la dalle, place Noureev ;
-  peut-être des châssis (pour des semis précoces) ;
-  un silo à compost

Nous proposons, pour économiser l'eau (et sensibiliser les jardinier(e)s à ce sujet), de récupérer l’eau de pluie, en provenance de l’abri de jardin pour la réutiliser (arrosage, lavage des outils...) 

      8°). Que peut-on cultiver ?    

De nombreuses plantes sont possibles qui sont autant d'occasions de faire des essais et des découvertes :
-  légumes ;
-  plantes aromatiques ;
-  plantes vivaces ornementales ;
-  plantes annuelles (y compris des fleurs à sécher, des mélanges attirant les papillons etc.) ; 
-  plantes grimpantes 

Les achats de graines et plants sont assurés par  l’Association des Hauts de Malesherbes.    

     9°). L’entretien des parcelles    


Les jardinier(e)s doivent entretenir leur parcelle ou parterre sinon un(e) autre jardinier(e) en liste d'attente peut prendre leur place.

Il est recommandé de ne pas utiliser des produits de synthèse (engrais, traitements). Il est très facile de s'en passer et de préférer des produits naturels. Des conseils peuvent être donnés à ce sujet.

Les déchets végétaux sont compostés (c'est-à dire mis à décomposer) dans un silo à compost collectif situé dans le jardin. Le terreau ainsi obtenu peut être utilisé sur place.

Pour utiliser peu d'eau, l'arrosage se fait au pied des plantes et non en les aspergeant (on limite ainsi certaines maladies).

Toutes ces pratiques sont un bon moyen de sensibiliser les enfants à la protection de l'environnement et à l'écologie.

Aucune installation fixe individuelle (dallage, abri, clôture) n'est possible. L'outillage peut être rangé dans l’abri de jardin (ou dans un coffre collectif).

Seules les limites extérieures du jardin ont une clôture, si possible garnie de plantes grimpantes à fleurs. Cette clôture est grillagée : la transparence peut éviter les dégradations volontaires.

Le jardin étant clos, un jardinier(e) désigné à l’avance possède une clef. Elle (il) ouvre le jardin en entrant, laisse entrer ceux qui le souhaitent tant qu'elle (il) y est présent(e) et ferme en quittant le jardin.

Celui-ci est ainsi toujours visible. 

Une partie est aménagée pour les enfants ne jardinant pas et les visiteurs. Selon la configuration du jardin, cette aire est équipée de sièges et de tables. Nous aimerions que les sièges soient fabriqués par des artisans locaux : tout ne sera pas possible car nous devons nous conformer aux normes en vigueur.

La Direction des Espaces verts ne refuse pas l'emploi de tels équipements mais il faudra son approbation ; nous pourrons au début disposer de bancs "classiques".

Un plan du futur jardin partagé a été réalisé, il y a quelques années, par Madame Gisèle LOUIS. Ce plan a été conçu par un jardinier professionnel. On peut s’inspirer de ce modèle pour créer Le Males’Herbes.

Le projet de jardin partagé a traversé les années et n’a pu voir le jour que, grâce à la ténacité d’un certain nombre d’habitants des Hauts de Malesherbes.

Nos remerciements vont à tous les habitants des Hauts de Malesherbes qui ont permis la réalisation de ce projet et plus particulièrement à :

-  Monsieur Daniel DELESCAUT, pour ses précieux conseils et son expérience de créateur du jardin partagé LA FRAMBOISINE, Porte de Clichy à Paris 17ème.
-  Madame Gisèle LOUIS qui a mis à la disposition de l'Association des Hauts de Malesherbes son projet et les plans du jardin partagé conçus par un jardinier professionnel.
-  Madame Pascale GARIEL, pour les superbes photographies du quartier illustrant ce dossier.
-  Madame Gloria RIVEIRO, qui a fourni l’ensemble des échanges avec les services municipaux (Mairie du 17ème et Ville de Paris) ainsi que de la SEMAVIP.
-  Madame Héloïse MILCENT, qui a également remis un projet du jardin partagé qu’elle avait conçu.
-  Madame Francine PETIT, Coordination des Habitants des Hauts de Malesherbes, pour son enthousiasme et sa persévérance pour un quartier vivant et convivial.
-  Madame Annick LEPETIT, députée de la 3ème circonscription, pour son énergie, ses déplacements et son soutien sans faille dans Le Males’Herbes 

Merci également pour leur soutien :
-  Madame Valérie PAPAREMBORDE, Adjointe au maire du 17ème arrondissement
-  Apprendre Ensemble, association de parents d’élèves de l’école polyvalente Marguerite Long.
-  Espace 27, Espace Jeunes des Hauts de Malesherbes 



Photographies de l’état actuel de cette bande de terre, une déchèterie en plein air 


                 
              
   


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire